Return to site

Des paroles,

des actes,

du sens?

 

 

 

 

 

André Leroi-Gourhan, cet ethnologue et préhistorien français, attiré par la diversité des cultures et polyglotte, l'affirmait:

"La langue est le ciment des actes ; non seulement elle les rend explicites, mais elle en conserve l'empreinte. "

L'usage du français me tient à cœur. Je me réjouis sincèrement que d'autres langues satisfassent à cette même aspiration.

Aujourd’hui, les propos, écrits et oraux, qui émaillent nos quotidiens respectifs, empruntent désormais la voix de l'anglais. Le diable se cache dans des détails et les détails se multiplient. Si j'osais, je mettrai volontiers quiconque, à travers le monde, au défi de repérer un lieu, une page, une image, un discours ou une voix qui en soit complètement exempt.

Le sommet de la francophonie adossé à quelque vibrant hommage à Charles Aznavour allait me combler.

Un énoncé
Extraits du discours de Monsieur Macron: « (Le français)....une langue qui n'a rien à abandonner. […]Notre pays, c’est la langue française […]un lieu fait d’exigence, de combats[…] un pays où on est fiers d’un mot où on défend des idées[…]

Se battre pour que notre langue soit plus forte aujourd'hui, c'est se battre pour que "l'auteur" soit plus fort, qu'il soit au cœur de ce combat. Et c'est se battre donc pour que dans cet espace nouveau qu'est internet, eh bien, la francophonie soit présente. Je veux rendre hommage, à ce titre, au grand combat et à la grande priorité de nos amis Canadiens et Québécois [...] Bravo! Et nous allons vous suivre! [...]Nous devons nous battre pour défendre notre langue»

et une énonciation 

Mais, au cœur de la "French Tech", sans doute inspirée par la "French touch", quelque étrange formule, avait surgi de la part de Monsieur Macron.

Le diable se cache dans des détails et les détails se multiplient...

S'agissant de l'acteur chinois il dira: «[...]il va processer des choses qui sont moyennement contrôlées en termes de privacy et autres...» «...ce n'est pas simplement pour moi un single digital market, c'est un single sovereign digital market...».

Je voudrais sourire, songeant aux Euphorismes de Grégoire Lacroix:

Quand on est équivoque dans le paradoxal, on évite peut-être la contradiction, mais on n’échappe pas à une certaine ambiguïté...

De l’abdication linguistique à l'assujettissement économique et culturel...

La langue n'est pas un simple véhicule de communication, elle met en jeu des phénomènes psychologiques complexes au niveau personnel. Elle constitue un fait social, une façon de voir, de vivre et de "dire" le monde sans même évoquer les dimensions économiques, culturelles, scientifiques, technologiques qui le façonnent autant qu'il les façonne. Emil Cioran disait simplement: "On n’habite pas un pays, on habite une langue".

Serait-ce le problème?

Roy Preiswerk évoquait ainsi le principe d'auto-colonisation: " le partenaire soumis ou indépendant accepte volontairement les systèmes de valeur, les formes de comportement et les schémas de pensées extérieurs rendant ainsi superflu l'exercice de la contrainte par le partenaire dominant.". Et dire que ce propos date de 1975 (Cf:Relations culturelles et développement dans Le savoir et le savoir faire PUF).

Une politique et une posture linguistiques sont certes délicates à penser et à déployer à l'échelle d'une nation, notamment à l'aune de relations et de contraintes économiques complexes.

Si aucune culture ni aucune langue ne peuvent vivre en autarcie ayant besoin d'apports extérieurs, ceux -ci ne peuvent tenir de l’imposition et de la coercition, même cosmétiquées et auréolées d'une ultime "modernité". La diversification linguistique est source de respect mutuel et d'équilibres internationaux et contre-feu à quelque tentative d’hégémonie "offerte" sous couvert de rationalité, de (prétendue)neutralité et de mondialisation, au profit d'un marché le plus vaste, le plus lisse et le plus homogène possible.

La langue que nous employons influe sur notre manière de penser. D'aucuns s'en félicitent; d'aucuns s'en offusquent...

Imaginons que le français, d'autres langues et d'autres cultures s'insurgent clamant un même

"ni troglodytes, ni soumis", forts de leur droit inaliénable à exister...

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK